musique films dessins dates contact

 



 

Vers la fin du XXème siècle, dans le Pays Bigouden, Antoine Garrec voit le jour puis intègre le petit séminaire et c'est la révélation : il ne se fera pas pêcheur, ni serveur, ni assureur, ni surfeur, ni conducteur de tracteur : il sera ordonné chanteur à synthétiseurs, et pour cause, il a du rythme dans les doigts, la voix d'une hyène particulièrement bien inspirée et possède juste ce qu'il faut de lettres pour trouver les mots de ses émotions de néo-post-punk qui sillonne les campagnes à la manière d'un maître kung-fu dont l'humilité déroute le passant et inspire les têtes couronnées d'une Europe occidentale encore naissante. En découle une sagesse populaire : "Qui voit Garrec sur scène, perd sa haine", puisque le véritable chant d'amour qu'il délivre sans relâche à la manière d'une doctrine révolutionnaire ne saurait laisser intact : un envoûtement sans égal depuis Daniel Balavoine, Melmoth, Christophe ou encore Alain Kan.

Amour, drame et synthés.


 

"Antoine Garrec est serveur dans un restaurant ou alors astronaute."

 


Un soir de février 2015, sur la terrasse d'un bar de Pont-L’Abbé , un mystérieux inconnu lui apprend l’existence de l’affaire du « Gang des DS »; un fait divers ayant secoué le Pays Bigouden dans la seconde moitié du XXème siècle. Deux ou trois jours plus tard, complètement par hasard, une autre personne lui parle de nouveau de ce fait divers. Intrigué, il mène une enquête-filmée pendant 11 mois en remontant plusieurs pistes dont l’une d’elle le conduit chez d'anciens membres du « Gang ». Le documentaire d'investigation voit une première fois le jour en septembre 2015 (8min) et la version finale (59min) sort en décembre 2016.

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

_