musique films dessins dates contact


Amour, drame et synthés.

 


Vers la fin du XXème siècle, dans le Pays Bigouden, Antoine Garrec voit le jour puis intègre le petit séminaire et c'est la révélation : il ne se fera pas pêcheur, ni serveur dans un restaurant (mais l'a quand même été à des moments), ni assureur, ni surfeur, ni astronaute (après s'être rendu compte qu'il n'aimait pas faire les trop gros manèges à la Tréminou, la fête foraine de Pont-L'Abbé), ni conducteur de tracteur : il sera ordonné chanteur à synthétiseurs. Et pour cause, il a du rythme dans les doigts, la voix d'une hyène particulièrement bien inspirée et possède juste ce qu'il faut de lettres pour trouver les mots de ses émotions de néo-post-punk qui sillonne les campagnes à la manière d'un maître kung-fu dont l'humilité déroute le passant et inspire les têtes couronnées d'une Europe occidentale encore naissante. En découle une sagesse populaire : "Qui voit Garrec sur scène, perd sa haine", puisque le véritable chant d'amour qu'il délivre sans relâche à la manière d'une doctrine révolutionnaire ne saurait laisser intact.

 





Antoine Garrec écrit, compose et chante des chansons en français depuis 2014. En concert, il est entouré d'un cockpit de synthétiseurs, d'une boîte à rythme, d'une pédale de sample et de divers effets à l’ancienne (fuzz, delay, reverb...). Depuis 2019, il joue également en acoustique avec un synthétiseur à pile. Les paroles d'Antoine sont autobiographiques et s'inspirent de micro-cataclysmes sentimentaux du quotidien comme: Espérer qu'un SMS s'affiche enfin...Le souvenir d'un rêve d'enfance à la piscine municipale...L'histoire d'un amour platonique avec une caissière de supermarché...La quête d'exotisme local... Sa voix est mise au service du romantisme et du méta-romantisme. Elle est parfois mélodique, parfois moins et oscille entre douceurs narratives parlées, passages scandés et envolées rageuses viscérales.


Un soir de février 2015, sur la terrasse d'un bar de Pont-L’Abbé , un mystérieux inconnu apprend à Antoine l’existence de l’affaire du « Gang des DS »; un fait divers ayant secoué le Pays Bigouden dans la seconde moitié du XXème siècle. Deux ou trois jours plus tard, complètement par hasard, une autre personne lui parle de nouveau de ce fait divers. Intrigué, il mène une enquête-filmée pendant 11 mois en remontant plusieurs pistes dont l’une d’elle le conduit chez d'anciens membres du « Gang ». Le documentaire d'investigation voit une première fois le jour en septembre 2015 (8min) et la version finale (59min) sort en décembre 2016.

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

_